Bilan des deux sorties peinture en concours

Publié le par Malivoyage

  • Les points positifs :

    • J'ai peint du "vrai", pas de la photo qui déforme, j'ai dû regarder les choses comme elles sont, puis choisir de les interpréter mais les couleurs et certaines lignes sont différentes d'avec un objectif photographique. L'exercice est différent et complémentaire, donc indispensable, mais on peut le faire avec une nature morte à la maison ou en atelier.
    • Peindre dans un temps limité est assez stimulant surtout quand on ne sait pas s'arrêter, ou quand on ne sait peindre que sous la pression.
    • Peindre dans l'inconfort est un bon moyen de tester ses limites et sa motivation! j'ai trouvé les miennes et celles de ma motivation!
    • Pour moi, j'ai choisi de travailler sans filet, car sans dessin préalable. C'est un défi personnel qui me permet de me dire "ce jour-là, je peins" quel que soit le résultat.
    • Les rencontres sont évidemment la richesse majeure de ces événements ; quelquefois, elles sont "toxiques"  : des ambitieux peuvent vous dénigrer ou vous décourager, mais la plupart du temps, on trouve des gens qui vous parlent de leurs expériences avec sourire et générosité. Inutile donc, à mes yeux de s'enfermer en stakhanoviste devant sont support, sous prétexte que le temps file ; laisser le temps à la rencontre de s'épanouir est nécessaire.
    • Cela oblige à remettre en cause certains principes qu'on croyait immuables (du genre, je n'ai plus telle couleur sur ma palette, je m'arrête ou je cherche une solution?)
    • Remettre en cause certaines pratiques ou certains gestes (décidement, la verdure, c'est moche chez moi : il va falloir bosser, sur la couleur et sur le geste!) ou bien des constats comme "il va falloir ouvrir des blancs, et moins boucher le papier"
    • Cela permet de vérifier la validité de certaines autres : décidément, ce matériel, cet assemblage de couleurs, je les garde.
  • Les points négatifs :

    Le sujet des règlements n'est pas respecté et les organisateurs le tolèrent ; là, c'est la rigueur et le sens de la justice qui parle... Certains tableaux sont hors-sujets et sont primés, Disons-le carrément, c'est choquant.  Je trouve cela injuste pour ceux qui font l'effort de représenter le village organisateur et de peindre réellement dans la rue. Et pourtant, je ne fais pas de concours pour les gagner, juste pour me donner l'occasion de peindre dans d'autres circonstances.
    • Les intempéries : la pluie, pour une aquarelle, c'est pas top! il pourrait y avoir un prix spécial endurance pour ça!!! Mais la chaleur extrème, c'est dur aussi.
  • Si on choisit de participer aux concours, pour respecter le règlement, on est un peu obligé d'être puriste et de se limiter à la technique propre ; pour une fois, j'aurais bien mixé les techniques. Je n'ai  pas encore  vu  de concours où les techniques mixtes sont les bienvenues. Mais peut-être y en a-t-il. Moi, ça me fait tomber les frontières et j'ai envie de ne pas m'en donner.

 

  les points à améliorer :  

Je dois finir davantage mes aquarelles : les premiers plans manquent de détail


Mon matériel est trop lourd : faire d'autres choix.


Il me faudrait peut-être mettre au point une méthode et m'y tenir, mais n'est-ce pas sclérosant?


Si un jour je veux gagner, bien choisir sa technique selon le classement (l'aquarelle et le pastel sont des techniques qui changent de catégorie selon les concours) 

 Impératif : faire les repérages préalables, donc arriver plus tôt.


A  l'atelier, je dois travailler sur les arbres et la verdure.

 

  • Conclusion :

Ca me met dans un état de surexcitation rien que d'y penser, mais sur place, je fais moins la fière!
J'y vois comme un défi à moi-même, un moyen de sortir de mes repères et habitudes, de mes petites facilités. Et puis, c'est épuisant! enfin, ce serait plus sympa à plusieurs (c'est pour ça que vous n'avez pas de photo de moi dans ces circonstances : les autres peintres... peignent, les passants passent et le week-end se termine sans photo de moi au travail. Heureusement qu'il reste mes petites horreurs comme preuves!)

Commenter cet article