Pochades, aquarelles, croquis, quelle différence?

Publié le par Malivoyage

Un article de réflexion autour de questions qui me travaillent cet été, mais je n'ai pas encore réussi à trouver des réponses à mes interrogations. Aidez-moi... J'attends vos commentaires.

 définitions :

Pochade
:: Peinture exécutée prestement par l'artiste, en quelques coups de pinceau.

Croquis : dessin exécuté sur le motif, peut être annoté.

Aquarelle : technique de peinture à l'eau qui privilégie la transparence sans renoncer au contraste.


Je sais très bien faire la différence, mais j'ai du mal à hierarchiser ces trois types de "création".

Mes croquis de musiciens, par exemple, je ne les compte pas comme des tableaux et pourtant, même s'ils relèvent de l'émotion d'un instant, certains me tiennent à coeur et ils ont du succès. Pour moi au départ, c'était seulement un exercice, l'occasion de faire faire un peu de gym au trio oeil-cerveau-main. C'est le succès qu'ils remportent qui me perturbe, je crois. Et le peu de temps qu'ils demandent dans leur exécution me fait culpabiliser de les considérer comme des tableaux. Néanmoins, l'énergie et la concentration que cela demande mérite aussi le respect de ce travail-là. Après discussion avec Gonzagues de Plasitkart, c'est aussi une oeuvre à considérer comme une performance, une oeuvre unique car elle est crée dans l'instant, elle naît de l'ambiance, des circonstances et du l'émotion du moment, ce qui peut lui donner une valeur unique.

Les pochades me permettent davantage de travailler sur la composition et la répartition des valeurs et des couleurs. Il me faut environ une heure pour un moyen format . C'est une série d'exercices, mais souvent le sujet m'est cher, alors j'ai du mal à me contenter de les laisser dans un carton, je les encadre!

Les aquarelles sur lesquelles je travaille plus longuement, une dizaine d'heures minimum, me donnent l'occasion de réfléchir à ma composition, de travailler le dessin dans des esquisses préparatoires, de faire des recherches de palettes et d'harmonies colorées. Proportionnellement, les pastels sont davantage spontanés, même le marché marocain qui a nécessité un peu de dessin préalable.

Finalement, je ne suis pas si sûre qu'il faille hiérarchiser ces productions différentes.
Donnez-moi votre avis, je suis bien indécise.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article