Paris : visite du musée Jacquemart-André.

Publié le par Malivoyage

Les collectionneurs

Extrait d'un des textes de présentation :

"Un couple de collectionneurs

 

En pénétrant dans le Musée Jacquemart-André, le visiteur franchit le seuil d’une demeure de collectionneurs dont la vie entière a été consacrée à la passion de rassembler des objets d’art.

Collectionneur d'art Nélie Jacquemart

Edouard André

Héritier d’une famille de banquiers protestants, Edouard André met sa fortune au service de ses acquisitions d’œuvres d’art qu’il expose dans son nouvel hôtel du Boulevard Haussmann, achevé en 1875.

 


Collectionneur d'art Nélie Jacquemart

Nélie Jacquemart

Il épouse une artiste de renom qui avait exécuté son portrait, Nélie Jacquemart. Chaque année, le couple se rend en Italie et forme, au fur et à mesure de ses acquisitions, une des plus belles collections d’art italien en France. A la mort d'Edouard André, Nélie Jacquemart achève l'aménagement du musée italien et va jusqu'en Orient pour enrichir d'objets précieux sa collection. Fidèle au projet bâti avec son époux, elle lègue à l'Institut de France l'hôtel et ses collections, pour en faire un musée, qui ouvre ses portes dès 1913. "

 

 

 

Le bâtiment

Le musée Jacquemart André a été construit par monsieur Jacquemart et sa femme Nélie pour abriter leurs collections d'art. C'est un magnifique hotel particulier qui nécessite à lui seul la visite (et quelques croquis).

extrait du texte de présentation :

"Edifié à la fin du XIXe siècle dans le nouveau Paris d’Haussmann par Edouard André et son épouse Nélie Jacquemart, couple de grands collectionneurs, cet hôtel particulier propose la découverte d’espaces habités au XIXe siècle : salons d’apparat, escalier monumental, jardin d’hiver, appartements privés, salles de réception ... "

 

 

L'audioguide est compris dans le prix du billet

Les collections

Nélie était peintre et collectionneuse, elle contamina son mari, et quand elle cessa de peindre, ils firent de nombreux séjours en Italie pour un dénicher des objets à leur goût.

Je n'ai pas visité les collections permanentes en détail, mais j'y retournerai, c'est certain!

 

l'expo temporaire  : Les maitres espagnols, du Greco à Dali

C'est la collection d'un riche amateur mexicain, Perez Simon, beaucoup de ces oeuvres n'ont jamais été exposées.

 extrait du site de présentation : "Le Musée Jacquemart-André accueille, du 12 mars au 1er août 2010, l’exposition « Du Greco à Dalí : les grands maîtres espagnols. La collection Pérez Simón ». 50 chefs-d’œuvre et plus de 25 maîtres, réunis par le goût sûr et raffiné d’un grand collectionneur, présentent un panorama exceptionnel de la création artistique en Espagne au cours des quatre derniers siècles. L'exposition se construit autour d’un parcours thématique dans lequel chaque étape est l’occasion de confrontations inédites entre des maîtres de siècles différents permettant ainsi de souligner les traditions et les ruptures qui ont fait le succès de l’école espagnole. "   

 

J'ai pris quelques notes pendant l'exposition. Voici ce que j'en ai retenu :

L'exposition était divisée en thématiques : la femme, les fêtes, etc. C'est l'occasion de montrer des oeuvres illustrant ces thèmes et de montrer le rayonnement européen et mondial de ces thèmes ou ces artistes espagnols. On constate que beaucoup de peintres espagnols du XXème siècle ont surtout vécu à Paris, alors que ceux des XVIIème et XVIIIème siècles vivaient plutôt en Italie et en Espagne. Au XIXème siècle, l'Espagne a été un thème romantique, on comprend comment la valorisation des cultures régionales, dès cette époque, émerge.

J'ai particulièrement aimé les petits dessins de Picasso sur des cartes publicitaires. Comme d'habitude, les tableaux que je préfère n'étaient pas à la boutique des cartes postales. Néanmoins, de beaux objets décoratifs figuraient dans cette boutique où, sur le livre d'or, un touriste étranger et observateur exprime sa déception que tant d'objets soient fabriqués en Asie. ^^ 

Publié dans vieilles nouvelles

Commenter cet article